Rechercher dans ce blog

jeudi 5 août 2010

L'intention positive

L'une des idées qui m'a beaucoup fait évoluer quand j'ai commencé à apprendre la PNL à Montpellier il y a quelques années a été la notion d'intention positive.
C'est une idée (en PNL on dit que c'est un présupposé) que l'on retrouve tout au long de la formation de PNL et qui sous-tend toute une attitude tournée vers la recherche du résultat et de ce qui fonctionne.

Dans la vie quotidienne
John Grinder et Richard Bandler, les fondateurs de la PNL, sont donc partis du principe que "tout comportement est généré par une intention positive".
Le comportement, on peut l'observer, il est visible et il suffit d'ouvrir les yeux. Par contre, le problème est que l'intention n'existe que dans l'esprit de son auteur, et est souvent inconsciente...

Difficile donc de comprendre que ce petit garçon qui est là à se rouler par terre pour avoir un gâteau a lui aussi une intention positive pour faire son caprice.
Et sa demande n'est pas forcément le gâteau. C'est peut-être seulement une demande de contact, de reconnaissance, un besoin de dormir...

Il n'y a pas de recette miracle, en tout cas, je n'en connais pas et chaque personne est différente. Par contre, je sais d'expérience qu'en était soi-même persuadé que cette fameuse intention positive existe, et en la recherchant avec toute son humanité, toute sa persévérance et sa foi dans les capacités de l'humain, on arrive à trouver des choses parfois étonnantes...

Le caprice
Pas plus tard que voici quelques jours en arrière, je travaillais avec une fillette pour lui donner des techniques d'apprentissage, quand d'un seul coup elle me dit : "je suis fatiguée, j'ai envie d'arrêter".
Alors que je lui demande ce dont elle aurait besoin, elle me répond par une demi-douzaine de "je veux..." tout en n'étant visiblement pas convaincue elle-même! Je lui ai alors dit "je comprend bien que tu aie envie de tout ça et que ça te ferais plaisir, et je crois profondément qu'il y a autre chose de caché et que tu as du mal à me dire". Elle m'a alors répondu par son intention positive : se rassurer sur la présence et l'amour de ses parents. Les "pseudo-caprices" n'étaient qu'une demande de façade.
Et là, ça peut-être difficile à entendre pour les parents, parce qu'ils l'aiment profondément et sincèrement.

Le vrai besoin
Très souvent, rechercher cette intention positive nous permet de trouver le "vrai besoin" qu'il y a derrière une demande "mal formulée".
Et si on arrive à répondre à ce vrai besoin, les faux besoins disparaissent.

Ce n'est pas toujours facile et ça demande de l'expérience, il m'arrive souvent de ne pas trouver ce qui est bien caché. Mais quand je trouve juste, le résultat est là...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire