Rechercher dans ce blog

mercredi 6 octobre 2010

C'est de la faute de l'autre...

Dites-moi, combien de fois avez-vous entendu cette phrase ? Des dizaines de fois ? Des centaines, milliers ? Peut-être même l'avez-vous prononcé ou pensé vous-même (mais il y a longtemps, n'est-ce pas...)

Pourquoi dit-on ceci ?
Plusieurs raisons peuvent pousser un individu à rejeter la responsabilité d'une action sur quelqu'un d'autre. Parmi ces raisons, le besoin de confort, l'envie que les choses restent telles qu'elles sont, la nécessité d'avoir un environnement stable autour de soi.
L'être humain a besoin à la fois de stabilité et de surprises. Ça peut paraître paradoxal, mais la stabilité nous permet de nous rassurer et de comprendre le monde autour de nous, alors que les surprises sont le sel de la vie, ce qui donne envie d'aller de l'avant.
Et la stabilité, c'est plus facile quand c'est à l'autre de changer, plutôt que soi-même... Et comme la stabilité est un besoin vital, nous nous y attachons avec la plus grande force, ne serais-ce que pour survivre émotionnellement.
En outre, beaucoup de gens n'ont simplement pas conscience qu'il est possible que la "faute" puisse être partagée ou que ce qui se voit n'est pas nécessairement ce qui est.

Qu'est-ce que ça implique ?
L'inconvénient de penser que seul l'autre est responsable est qu'il n'est alors plus possible de changer. J'ai connu voici quelques temps une personne qui était persuadée que tout le monde avait un problème sauf elle-même, et devinez quoi... Pendant tout le temps que j'ai connu cette personne, elle n'a pas évolué d'un millimètre.
Alors bien évidemment, lorsqu'un différent oppose deux personnes, chacun a sa part de responsabilité, et le reconnaitre, c'est le premier pas vers le changement.
C'est un état d'esprit que nous cultivons en formation de PNL ou de coaching afin de favoriser le changement.

La responsabilité
L'une des définitions de la responsabilité est la capacité de prendre des décisions par soi-même. En d'autres termes "être capable de répondre".
Faisons aussi la différence entre les évènements que subit une personne, et les émotions que ressens cette personne. Par exemple, lors d'une rencontre désagréable, on ne peut pas changer les paroles que nous entendons. L'autre dit ce qu'il veut, et à moins d'user de force ou de partir, il peut continuer autant qu'il veut.
Mais, chacun d'entre nous a le pouvoir de modifier les émotions qui naissent en nous. Si nous sommes en colère, c'est parce que NOUS fabriquons de la colère. C'est peut-être l'autre qui fait que je suis en colère, mais c'est quand même moi qui "décide" inconsciemment de ressentir cette émotion. Je ne m'appesantirai pas ici pour détailler ces techniques, ça fait l'objet d'une formation complète.
Reprendre sa responsabilité, c'est reprendre sa capacité à changer. Changer soi-même, changer ses relations avec les autres, changer le monde qui nous entoure.
Tous les gens qui ont eu une influence et une action sur monde ont pris leur propre responsabilité et ont décidé qu'ils avaient en eux-mêmes le pouvoir de changer les choses sans blâmer quiconque de ce qui se passait.

Alors...
peut-être que la prochaine fois que vous entendez cette petite phrase "c'est la faute d'Untel", vous aurez peut-être une autre façon de réagir... Mais c'est à vous de voir, vous êtes le seul responsable de vous-même, n'est-ce pas?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire