Rechercher dans ce blog

mercredi 23 mars 2011

"Arrête de rêver, la réponse n'est pas au plafond..."

Les accès oculaires
Lorsqu'ils ont inventé la PNL, John Grinder et Richard Bandler ont découvert que les yeux d'une personne vont faire certains mouvements lorsque cette personne se souvient d'évènements vécus, ou bien invente de nouvelles images ou de nouveaux sons.
Ces mouvements, qui peuvent parfois être très rapide voire même quasi imperceptibles, sont un indicateur utile sur le canal qu'utilise la personne pour se représenter son idée.

Les mouvements vers le haut sont systématiquement des accès en mode visuel.
Les mouvements oculaires horizontaux représentent des sons (bruits, musique...
Quand aux mouvements vers le bas, ce sont des accès à nos sensations ou encore à notre dialogue interne (Ai, la petite voix dans la tête).
source : wikipedia

A noter : le "c" indique des images (Vc) ou des sons (Ac) construits, c'est à dire créés de toute pièce par l'imaginaire. Le "r" indique des images (Vr) ou des sons (Ar) remémorés, c'est à dire des souvenirs visuels ou auditifs. Le K est le symbole du toucher en PNL (Kinesthésique). Il est utilisé à la fois pour ce que l'on ressens sur la peau que pour les sensations internes (la boule dans la gorge, le bien-être dans la poitrine etc...). Enfin, le Ai est le symbole du dialogue interne, ou son digital. Contrairement au Ac ou Ar, le Ai est du "son articulé", des mots en bref...

La pensée en images, en sons ou en mots
Or, une partie plus ou moins importante de nos souvenirs sont des images ou des films. Et dans nos souvenirs se trouve également tout ce que l'on a appris, bien entendu.
Ce que la PNL appelle "les canaux sensoriels", Antoine de La Garanderie, dans son ouvrage avec Daniel Arquié "Réussir ça s'apprend" appelle ça "les habitudes évocatives" : plutôt visuelles, plutôt auditives ou encore plutôt verbales.
Ce que j'écris ne parlera peut-être pas à certains, mais d'autres en verront bien l'implication.

Par exemple, pour vous souvenir d'une recette de cuisine, ou bien de la route pour aller en vacances, peut-être vous allez vous parler à vous-même (canal digital ou Ai). Et peut-être vous allez "voir" dans votre imagination la réponse...

Nous avons chacun nos habitudes, préférant (généralement inconsciemment) tel ou tel canal selon le contexte dans lequel nous nous trouvons.

"Arrête de rêver..."
Qui n'a jamais entendu cette phrase? "Arrête de rêver, la réponse n'est pas au plafond" ???
L'adulte demande à l'enfant de répondre à sa question. "Combien font 4+5 ?"
Et voilà que l'enfant se met à lever les yeux au ciel (enfin en général au plafond...). Que se passe-t-il donc dans la tête de cet enfant ?
Hé bien, c'est en fait très simple : il "regarde" le résultat. Il accède à sa mémoire visuelle ou encore à son imagination visuelle pour trouver la réponse qu'on lui demande.
Alors, tous ne font pas forcément pareil. Certains peuvent voir 4 billes à côté de 5 autres billes puis compter. D'autres verront la feuille où est imprimée la table d'addition. La méthode n'est bien sûr par unique et identiques pour tous, mais elle est en tout cas visuelle.

Voilà donc le drame : l'enfant a trouvé par lui-même une méthode qui lui permet de répondre à la question de l'adulte, et celui-ci, implicitement (et involontairement) lui interdit d'utiliser cette méthode!!!

Et encore... Parfois, regarder au plafond est compris par l'adulte comme un signe de non respect. Et l'enfant se fait gronder...

Milton Erickson appelait ceci une double contrainte : "si j'utilise la méthode visuelle, je suis un rêveur pas gentil" et "si je n'utilise pas la méthode visuelle, je ne trouve pas le résultat et je suis un cancre"...

Diversité
Alors, laissons nos enfants lever les yeux au ciel s'ils en ont besoin. Peut-être qu'ils rêvent en faisant ça, mais le rêve est également une forme de création. Et peut-être qu'ils cherchent simplement la réponse.
Il n'y a pas qu'une seule manière de répondre à un problème donné. Il y a souvent plusieurs méthodes pour atteindre le même résultat.
A chacun de choisir la méthode qui lui convient, même si sa méthode n'est pas la nôtre.
Ce n'est qu'une question d'égo...